Au temps de Bertrand du Guesclin

La chevalerie bretonne au temps de Bertrand du Guesclin, 1341-1381,

 

 

Achat direct :   Bon de commande à télécharger 

édité par Centre d’Histoire de Bretagne et diffusé par Coop Breizh, 25 euro.

Bertrand du Guesclin est un des personnages les plus célèbres non seulement de l’histoire de la Bretagne médiévale, mais encore de l’histoire européenne. Homme de guerre brillant, faiseur de roi en Espagne, restaurateur de la puissance des Capétiens en France, fidèle à sa duchesse de Bretagne

 

Lire la suite ...



article mis à jour le : 13-11-2016 | 13:50:49

La Bretagne revoltée

 Téléchargez et imprimez ce bon de commande

1675-2013 : même combat ? Les bonnets rouges arborés avec fierté par les opposants à l’écotaxe étaient une allusion directe à d’autres bonnets rouges : ceux que leurs lointains ancêtres du temps de Louis XIV avaient voulu, eux aussi, ériger en symbole identitaire. C’est là une occasion de réfléchir sur le sens d’une revendication qui s’inscrit explicitement dans l’histoire longue d’une province à la singularité forte : la Bretagne, hier bousculée par l’État absolu, aujourd’hui secouée par l’électrochoc de la mondialisation.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 13-11-2016 | 13:48:50

Livres conseillés

Chonique Littéraire de François LABBE

Auguste Pavie (1847-1925) par François Labbé.

 

Pendant mon enfance dinannaise, le dimanche, traditionnellement, nous allions jusqu‘au Jardin Anglais, d’où on a un joli point de vue sur la vallée de la Rance, le viaduc, le vieux port, les escarpements de Lanvalay. Nous quittions la rue de la Croix, passions devant la statue de Duclos et remontions la rue du Marchix jusqu’à la place Du Guesclin, le Champ Clos, où le Connétable, brandissant son épée protectrice veillait sur la ville assis sur un énorme cheval. Ma mère me parlait de la douce Dame Raguenel, épouse raffinée de ce laid mais valeureux chevalier qui avait connu les plus grandes gloires

Lire la suite ...



article mis à jour le : 06-12-2016 | 14:44:12

salon du livre de Guérande

 CHB-KIB  au salon du livre de Guérande

 

 

 

 

le CHB-KIB était présent le 19 et 20 novembre 2016 pour présenter l'association et ses nouvelles publications.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 28-11-2016 | 01:49:54

L'uchronique de Frédéric Morvan

Et si la Bretagne avait été réunifiée le 30 juin 1941 ?

 

Des petits riens ont fait l’Histoire. Un moment, une attitude, une pensée et boom l’Histoire avec un grand H apparaît. L’anecdote devient essentielle pour le cours de l’histoire et l’histoire de la Bretagne comme ailleurs est remplie d’anecdotes déterminantes. Et pour le sujet qui nous préoccupe ici, on n’y échappe pas. Et donc si le maréchal Pétain avait décidé de suivre un autre chemin que celui qu’il prit, à savoir de ne pas intégrer la Loire-inférieure (aujourd’hui la Loire-Atlantique) dans la région Bretagne. S’il avait eu le courage de refuser d’être influencé par le contexte et de travailler pour l’avenir. En bon militaire qu’il croyait être, seuls les facteurs militaires l’intéressaient, surtout la libération des centaines de milliers de soldats français prisonniers en Allemagne, et pour cela il sacrifia tout, les exilés étrangers qui avaient trouvé refuge en France, les Juifs français, tout, même les Français et même son honneur.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 22-11-2016 | 16:44:49

Les fratries décimées pendant la Grande Guerre

« Enfant de France, n’oublie jamais les frères Ruellan », proclamation que fera diffuser le ministère de l’Instruction publique en 1938 dans toutes les écoles. Les Ruellan appartenaient à une famille très aisée de Saint-Malo.

 

Jules Marie Ange, Capitaine au 93e RI mort le 01/10/1918 à Souain-Sainte-Marie-à-Py (51)  
Louis Alexandre Marie Aimé, Capitaine au 308e RI, mort le 22/11/1916 à Ablaincourt (80) 

Lire la suite ...



article mis à jour le : 08-11-2016 | 00:52:45

2016 . Chronique de la semaine de Frédéric Morvan

Les chroniques Hebdomadaires vont être publiées prochainement.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 27-10-2016 | 00:30:32

Année 2015 . Chronique de la semaine de Frédéric Morvan

L’histoire de la jeunesse bretonne

 

Vaste sujet qui a ma connaissance n’a jamais été traité. Et pourtant, on en apprendrait beaucoup sur l’avenir. Et les historiens aiment bien, même s’ils s’en défendent, s’appuyer sur le passé pour découvrir l’avenir. On se demande si certains ne veulent pas jouer un peu des dames Soleils. Moi, j’aime bien. Il est clair que nous sommes dans une période de grandes transformations, que peut-être on peut qualifier de Révolution. Vers où se dirige la jeunesse bretonne ? Comment va-t-elle agir ? Comment va-t-elle construire son avenir ?

Lire la suite ...



article mis à jour le : 15-07-2016 | 13:56:15

Histoire illustrée de la bretagne et des bretons

En grande partie méconnue, l’histoire multiséculaire de la Bretagne est le sujet de ce livre, héritier d’une première version, parue en 2005, qui a obtenu le Grand prix d’histoire de l’Académie française.

Vidéo de présentation du livre

Avec cette différence que le texte proposé ici, plus resserré, en partie réécrit et actualisé, est enrichi d’un accompagnement visuel qui se veut bien plus qu’une simple illustration.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 06-05-2016 | 14:09:40

8 avril 1498, Anne de Bretagne redevient seule duchesse de Bretagne.

 

 

Son mari, le roi Charles VIII de France, a décidé de la rejoindre au château d’Amboise afin de la consoler de la perte de sa fille, Anne, morte née – ce n’est pas la première fois que cela arrive et Anne souffre de mélancolie comme on le disait pudiquement. Le roi veut lui changer les idées et comme tous les deux aiment les jeux de paume (ancêtre du tennis), ils se rendent tous les deux, avec leur suite, à la salle de ce jeu. Ils rejoignent par un chemin un peu compliqué et bas de plafond une galerie surplombant la salle. Sur le parcours, la tête du souverain heurte assez violemment le linteau d’une porte. Et tout le monde continue son chemin. On regarde le spectacle. On a poussé les détritus car la salle était en travaux. Et on ne fait pas trop attention à l’odeur car les faucons royaux ont décidé d’y faire leurs besoins. Bref, on admire les joueurs. Et le roi s’écroule. On arrête le jeu et tout le monde descend dans la salle. Charles VIII est allongé sur un tas de détritus. Il est dans le coma dont il sortira trois fois pour prier. Son agonie va durer 9 heures pendant lesquels les médecins lui arrachent mêmes les poils et les cheveux. Il meurt à 27 ans. Selon les experts, en fait il y aurait eu des signes avant-coureurs, des maux de têtes, et puis il faut savoir que son père, Louis XI, est mort d’une attaque cérébrale.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 06-05-2016 | 14:08:24

Hubert Guillotel, Actes des ducs de Bretagne (944-1148)

J’ai l’honneur de déposer sur le bureau de l’Académie l’œuvre posthume d’Hubert Guillotel, Actes des ducs de Bretagne (944-1148), édités par Philippe Charon, Philippe Guigon, Cyprien Henry, Katharine Keats-Rohan, Jean-Claude Meuret et moi-même, avec une préface de Christiane Plessix-Buisset. Paru en septembre 2014 aux Presses universitaires de Rennes, ce beau livre est publié dans la collection « Sources médiévales de l’histoire de Bretagne » en coédition avec la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne. De format in-quarto, il compte 598 pages et comporte un cahier de 32 illustrations (cartes, photographies de documents édités, d’édifices et de sites évoqués dans les actes) toutes en couleur sauf une. Les circonstances inhabituelles dans lesquelles cette édition magistrale des actes des ducs de Bretagne, du milieu du Xe au

 

Lire la suite ...



article mis à jour le : 06-05-2016 | 14:00:27

1316, les hermines deviennent l’emblème des ducs de Bretagne

Depuis 700 ans, les hermines représentent les ducs de Bretagne. Lorsqu’ils apparaissaient, tous savaient que le duc de Bretagne était alors présent. Ce choix fut celui du duc Jean III, duc de 1312 à 1341, peut-être pour prendre les couleurs des Bretons, noir et blanc (ses troupes portaient la croix noir sur fond blanc), mais plus certainement pour montrer toute son autorité. N’avoir aucune brisure, ni écartèlement dans ses armoiries signifiait que l’on était le chef de famille, d’une dynastie. Comme le roi de France avec son champ de lys d’or sur azur, le duc adopta un champ d’hermines sur sable. Il signifiait ainsi qu’il se détachait de la maison de Deux, ramage de la dynastie des Capétiens.

Lire la suite ...



article mis à jour le : 03-04-2016 | 23:45:26